breaking news

Gonflé !

mai 1st, 2015 | by admin
Gonflé !
Sur le vif
0
Facebooktwittermail

Une maman découvre la véritable utilité d’une poupée gonflable qu’elle souhaitait acheter pour sa fille. Une curieuse expérience vécue sur un grand marché de Brazzaville…

 Edito par Ifrikia Kengué

 

Devant un étal de jouets au marché Total, le plus grand marché de Brazzaville, qu’elle ne fut pas ma surprise de tomber sur un jouet assez particulier : une poupée gonflable.

 

Mazette ! Deux dames curieuses et intéressées par l’objet, dont elles ne connaissent visiblement pas la véritable utilité, discutent avec le vendeur. Ce dernier annonce le prix : 3 000 frs Cfa.

 

Pas cher pour une poupée grandeur nature. L’une des dames voudrait la prendre pour l’offrir à sa petite fille, pensant que les boucles blondes de la poupée serviraient à exercer ses talents de coiffeuse.

 

« Non, ce n’est pas vrai, une poupée gonflable !?! », m’exclamais-je encore sous le choc. Surprise, la dame  m’interroge du regard après qu’elle m’ait vu  photographier le mannequin.

 

Trop scandaleux pour l’expliquer en langue

 

Je m’éclaircis la voix et tente une explication que j’ai du mal à faire dans une de nos langues nationales parce que trop scandaleuse. Je me réfugie donc dans le français.

 

« Comment  dire maman, ceci n’est pas un jouet pour enfant mais plutôt pour mâle adulte. C’est, en fait, pour procurer du plaisir à certains hommes en manque, pour palier … vous voyez ce que je veux dire ? »

 

« Seigneur !!! », lâche la dame interloquée qui poursuit en langue « mais ils sont vicieux ces Blancs ! », avant de finir en français, «mais c’est des bandits ! »

 

Le vendeur qui a suivi l’échange reste interdit. Puis gêné, il recouvre prestement d’un foulard les orifices sacrilèges de la poupée et tente une explication pour se justifier.

 

Dans un ballot de jouets pour enfants

 

«  Ah mais moi je n’ai fait qu’acheter un ballot de friperies de jouets pour enfants. Et je compte bien rentabiliser mon investissement ». Une grosse perte sans doute de retirer cette poupée gonflée de l’étal.

 

Notre échange a donné lieu à des conversations entre vendeuses autour, et les dames s’éloignent mi amusées mi scandalisées.

 stotch

 

Je finis par m’en aller songeuse. Il est vrai que de nombreux produits de seconde main ou déjà utilisés sont déversés quotidiennement en Afrique via des ballots de friperie.

 

Vêtements portés, chaussures, jouets… trouvent une seconde vie en Afrique. Améliorant bien sûr l’existence de certains Africains qui peuvent ainsi se procurer des produits  à bas prix.

 

Au-delà du coté risible de l’anecdote,  l’image d’une poupée gonflable ayant visiblement déjà servi, rapiécée au scotch, emballée et envoyée sur le continent en tant que jouet pour enfant me laisse perplexe.

 

A croire que l’Afrique est un vide grenier pour l’Occident, et que les Africains, de grands enfants naïfs et dupes à qui on pourrait refourguer tout et n’importe quoi. Une insulte pour tout un continent qui me laisse outrée.

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.