breaking news

Moi Adama, étudiant et vendeur ambulant

September 14th, 2016 | by admin
Moi Adama, étudiant et vendeur ambulant
vidéo
0
Facebooktwittermail

Élève le jour et vigile la nuit, puis étudiant la journée et vendeur ambulant le soir, le parcours de vie d’Adama Sawadogo, 24 ans, est une admirable leçon de vie. Rencontre.   

 

Combatif! C’est le moins que l’on puisse dire de ce jeune Burkinabé, natif d’Abidjan.

 

Orphelin de père depuis tout petit et élevé par sa mère au milieu d’une grande fratrie, la vie d’Adama Sawadogo bascule quand en classe de 3ème, il perd son unique soutien.

 

Sa mère malade qui était allée se faire soigner au Burkina ne reviendra plus. “Après l’obtention de mon brevet, j’ai appelé ma maman pour lui annoncer la nouvelle, elle a promis me ramener des cadeaux quand elle rentrerait. Deux jours après, elle est partie”.

 

Désormais seul et sans soutien, il se retrouve dans l’incapacité de poursuivre ses études. “Je suis quelqu’un qui a toujours aimé les études.”, confie celui qui va désormais apprendre à se débrouiller seul. 

 

Il devient alors vigile et commence à reprendre confiance en lui. L’année d’après il s’inscrit dans un lycée privé pour poursuivre ses études jusqu’à l’obtention de son bac, tout en continuant de travailler. Élève le jour, vigile la nuit.

 

Ce qui lui vaut des railleries de la part de ses camarades de classe qui pensent son entreprise impossible. Trois ans plus tard, il obtient son bac et décide de poursuivre des études universitaires.

 

adamab

Adama Sawadogo, étudiant et vendeur ambulant à Ouaga

 

Adama quitte Abidjan pour Ouaga, son pays d’origine, où il s’inscrit à la fac en philosophie. Des études qui lui coûtent moins cher que s’il avait décidé de les poursuivre en Côte d’Ivoire.

 

Et pour vivre et financer ses études, il se met à la vente ambulante de produits cosmétiques. Et une fois de plus, il prend ses cours en journée et son panier de marchandises en soirée ou les jours où il n’a pas cours.

 

Un témoignage qu’il nous livre ci-dessous en toute humilité. 

 

 

“Je me suis inscrit en philosophie dans l’espoir de développer des idées pour entreprendre plus tard”. Philosophe, le jeune Adama rêve de développer son activité commerciale jusqu’au montage d’une chaîne de supermarchés de produits cosmétiques.

 

En attendant de se réaliser, c’est sereinement qu’il allie ses études à son micro business; conscient d’avoir encore des challenges à relever.

 

adamas2

 

“Je suis heureux d’avoir inspirer d’autres jeunes autour de moi”, admet-il “et je sais que la réussite est au bout, j’y arriverai”.

 

Une admirable leçon de combativité et de persévérance inspirante pour de nombreux jeunes sur le continent et même au-delà. 

Facebooktwittermail

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 + 4 =