breaking news

Success story: Thiam, la restauratrice Sénégalaise de Ouaga

September 7th, 2016 | by admin
Success story: Thiam, la restauratrice Sénégalaise de Ouaga
Made in Africa
0
Facebooktwittermail

Nianga Thiam est restauratrice d’origine sénégalaise à Ouagadougou depuis bientôt 20 ans. Une entreprise lancée dans la cuisine de la maison familiale qui compte aujourd’hui plus d’une trentaine d’employés et plusieurs récompenses. Retour sur une success story.

 

“Je rêvais de faire des études, je n’ai jamais rêvé de devenir restauratrice”. Rien ne prédisposait Thiam à ce destin.

 

C’est après la faillite de son père alors qu’elle passe un BEP en informatique que la jeune fille d’alors se sent le devoir de trouver une solution à la situation familiale.

 

“Je m’étais rendue compte qu’il n’y avait pas de restaurant sénégalais sur Ouaga”, confie celle qui est aujourd’hui à la tête d’une vraie micro entreprise.

 

C’est en expérimentant la vente d’une partie des plats constituant le repas familial qu’elle a lancé son activité. Comme elle en témoigne sur la vidéo ci-dessous.

 

 

 

Près de 20 ans après, le succès est au rendez-vous. Aujourd’hui, les deux restaurants qu’elle a ouverts sur Ouaga emploient plus d’une trentaine de personnes.

 

Et la clientèle est au rendez-vous. Tous les midi et les soirs, les deux restaurants reçoivent des inconditionnels de la cuisine sénégalaise. 

 plat

 

Une cuisine délicieuse et accessible. Les repas sont à petits prix. 700 frs Cfa, le plat de tiep bou dien, de mafe, de couscous ou de riz gras.

 

Au plus grand plaisir des clients qui louent autant la propreté des lieux que le savoir-faire culinaire de la restauratrice .

 

 

Ce qui a valu à Thiam d’être primée trois fois de suite comme lauréate du concours de l’hygiène alimentaire dans le secteur informel, lors des éditions du grand concours de l’informel, par le ministère de l’emploi, du travail et de la sécurité social burkinabé.

 

Comme quoi l’informel reste la plus grande pourvoyeuse de services sur le continent. Une économie souvent sous estimée.

Facebooktwittermail

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

− 4 = 1